Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 Apr

Boy djinné

Publié par Al fadal

Boy Djinné devra prendre son mal en patience. Son procès devant la chambre criminelle a été renvoyé jusqu’au 16 mai prochain pour la convocation des parties civiles. Il est poursuivi, avec Mourtalla Mbacké, d’association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit avec escalade, effraction, et usage d’arme et de véhicule contre tous, évasion et usurpation d’identité.  Retour sur les faits.

Initialement prévu hier à la chambre criminelle de Dakar, le procès de Baye Modou Fall, alias Boy Djinné, a été renvoyé jusqu’au 16 mai prochain. Selon son avocat, Me Tall, la chambre criminelle a ordonné le renvoi de cette affaire pour la convocation des parties civiles.  Pour la robe noire, vu les charges qui pèsent sur Baye Modou Fall, vu la complexité du dossier, il est dans l’intérêt de tout le monde que la lumière se fasse aussi bien pour lui qui a eu à contester certains éléments de la procédure, que pour les parties civiles qui ont eu à se plaindre devant la justice. “ Il faut préciser que c’est une affaire qui date de 2009. Dans cette affaire il est accusé d’avoir commis des vols plus ou moins aggravés dont il conteste la gravité. Il a toujours soutenu que c’était des vols simples. Maintenant, à l’audience du 16 mai, on démontrera que si on doit retenir une qualification de vol, peut-être que ce sera le vol simple”, a dit Me Tall. Avant de poursuivre : “ je rappelle à l’attention de tous que Baye Modou Fall que les Sénégalais surnomment Boy Djinné, n’est jamais poursuivi pour une affaire impliquant mort d’homme. Il n’est jamais poursuivi d’une affaire de meurtre”.

Les faits

Ils remontent au 26 décembre 2008. Ce jour-là, le Directeur d’exploitation de l’hôtel Savana a saisi la Division des investigations criminelles (Dic), suite à de vols perpétrés dans deux chambres dudit l’hôtel. S’étant rendus sur les lieux, les limiers n’ont constaté aucune trace d’effraction. C’est ainsi qu’ils ont entendu les Victimes, notamment Dina Fournet, Jean Gabriel Senghor, Emma Lucie Leroux. Ces derniers ont fait état de la disparition de leurs effets personnels, des numéraires, des ordinateurs et des téléphones portables, avec la précision faite par la dernière nommée  qui a déclaré avoir bien fermé la porte de la chambre avant de se coucher.

“ Boy Djinné avait réussi à s’évader à Ziguinchor où il était gardé à vue”

En effet, l’assistant des services orange de la Sonatel a permis de découvrir que l’appareil de marque Samsung, appartenant à l’une des victimes, a été utilisé par le sieur Ndongo Mbow. Interpellé sur les conditions d’acquisition de l’appareil, il a soutenu l’avoir reçu de son ami Baye Modou Fall. Ainsi, a-t-il accepté de coopérer avec les enquêteurs pour procéder à l’arrestation de Boy Djinné. Il a, dans ces mêmes circonstances, ajouté que l’appareil avait une puce française. Sur ce, les limiers ont mis une stratégie sur pied et ce n’est que le 14 janvier 2009 que Baye Modou Fall est interpellé au domicile de Ndongo Mbow. Soumis au feu roulant des questions, il a reconnu être l’auteur des cambriolages des hôtels Lagon 2 et Savana, respectivement dans les nuits du 23 – 24 octobre et 25 – 26 décembre 2008. Il a reconnu aussi s’être déjà évadé de la prison de Ziguinchor et a cité le nom de Mortalla Mbacké comme étant son acolyte lors de ces cambriolages. En cours d’enquête, les éléments de la Sûreté urbaine du commissariat central de Dakar ont informé la Dic de ce que Baye Modou Fall avait été appréhendé dans la nuit du 11 au 12 janvier 2009 pour association de malfaiteurs, vol en réunion avec usage de véhicule et d’armes à feu et qu’il avait réussi à s’évader de leurs locaux où il était gardé à vue.

900 mille francs, deux armes à feu, des cartes de recharge, deux téléphones portables et divers autres objets découverts

Relativement à cette procédure révélée par la Sûreté urbaine, Mariama Diakhoumpa s’est présentée dans la nuit du 11 au 12 janvier 2009 au commissariat central pour déclarer les faits de vol avec effraction portant sur la somme de 5 millions, commis dans son magasin “Diwane Electronic”. Le transport sur les lieux par les enquêteurs aux fins de constat, a permis aux limiers d’apercevoir devant le magasin indiqué un véhicule de marque Renault Laguna à bord duquel a été aperçu un individu qui, interpellé, a déclaré se nommer Serigne Mourtada Mbacké, né le 10 octobre 1989 à Touba. Fouillé, il a été découvert par devers lui, la somme de 297.000 francs, trois téléphones portables et une clé de la chambre n°11 de l’auberge “Le Fouta” sise à Niarry Tally. La descente effectuée dans cette chambre s’est soldée avec la découverte, sous la table de chevet, la somme de 900 mille francs, deux armes à feu, des cartes de recharge, deux téléphones portables et divers autres objets à l’effigie du magasin “Diwane Electronic”. Entendu à son tour sur la provenance de ces objets, il a déclaré s’être introduit dans ledit magasin le dimanche à 6 heures pour n’en ressortir qu’à 23 heures et a réussi, à l’aide d’un tournevis, d’une scie à métaux et d’un pied de biche, à défoncer le coffre pour y soustraire la somme de 3 millions, des clés Usb, des Mp4 et un ordinateur portable. Il a également soutenu avoir, dans la même nuit, visité le magasin d’à côté appartenant à Ibra Ndiaye où il a pris la somme de 297 mille francs. Il faut dire que l’affaire qui devait être jugée hier, a été renvoyée par le juge pour la comparution des parties civiles que sont, entre autres, M. Sall, D. Y. Gningue, A. D. Ba, Mb. Gningue, J. G. Senghor et B. Gueye, qui n’ont pas eu de retour de citation.

Commenter cet article

À propos

Toute l'actualité du monde et surtout de l’Afrique...